A un moment donné de notre vie, une envie de développer un projet ou de réaliser un rêve mûrit dans notre esprit. Le moment où nous y pensons c’est Magique ! Mais très vite une barrière se dresse devant nous, celle de l’âge.

Les croyances

  • A 40 ans, une évolution de carrière nous est proposée seulement, il y a des concessions à faire (prendre des cours afin d’acquérir de nouvelles compétences). Oh non ! à notre âge, nous pensons ne plus avoir l’énergie nécessaire pour conjuguer le travail, la famille et les cours en plus.
  • A 55 ans ou plus, malheureusement il se peut que nous ayons à subir un licenciement. Une reconversion nous est proposée, des formations deviennent nécessaires. Nous jugeons qu’à cet âge là notre cerveau n’est plus aussi performant qu’à 20 ans.
  • Arrivés à la retraite, nous disposons de tout le temps nécessaire pour participer à des activités telles qu’apprendre à jouer d’un instrument de musique, une nouvelle langue ou pourquoi pas pratiquer une discipline sportive. C’est impossible ce n’est plus de notre âge !

Savez -vous que la plasticité du cerveau « s’entretient » ?

Des études ont été faites comme le souligne le professeur Pierre-Marie Lledo (neuroscientifique à l’institut Pasteur) dans un article publié sur le site actualités Cog’Innov.

Même si les mécanismes de l’apprentissage sont moins performants à partir d’un certain âge en termes de vitesse d’acquisition, la plasticité cérébrale perdure toute la vie si nous maintenons notre esprit ouvert et actif pour de nouvelles expériences.

L’âge n’est pas une barrière c’est une limite que l’on se fixe dans la tête.

L’apprentissage peut se faire tout au long de notre vie, le changement et le fait de faire de nouvelles choses permettent une stimulation et de garder une mentalité dynamique.

On devient vieux, le jour où nos regrets commencent à prendre le pas sur nos rêves. (Jacques Séguéla)

Menu